Non classé

Regarder à travers les yeux d’autrui

Proposition d’une expérimentation pratique:

  • Prenez un personnage en photo (en gros plan) en lui demandant de regarder l’objectif avec une expression de visage la plus neutre possible.
  • Photographiez quelque chose que vous considérez comme triste, moche, dur, négatif…
  • Réalisez une autre photo avec de la nourriture qui fait envie (ou autre chose qui pourrait susciter un intérêt positif)
  • Réalisez enfin une photo avec une autre personne qui prend une pose aguicheuse (« qui cherche à attirer et à plaire par des manières coquettes »).

Faites ensuite le test suivant: montrez le personnage en gros plan (visage « neutre ») puis une des 3 autres photos, et demandez quel sens les personnes qui regardent attribuent au regard du personnage en gros plan; faites cela à trois reprises (en reprenant chaque fois la même photo du personnage en gros plan mais en changeant la suivante), soit:

  • montrer le personnage en gros plan + photo 1 (quelque chose de triste) => impression? comment interpréter le regard du personnage?
  • personnage en gros plan + photo 2 (nourriture ou autre) => impression?
  • personnage en gros plan + photo 3 (personne aguicheuse) => impression?

Cette expérimentation est connue sous le nom d’effet Koulechov, du nom du cinéaste russe Lev Koulechov qui a proposé en 1922 une expérimentation pour souligner l’importance du montage dans un film.

L’idée est que la succession de deux plans entraîne – du côté des personnes qui regardent cette association – un effet de sens.

Capture d_écran 2018-04-20 à 10.54.33

Bruno Toussaint décrit cela ainsi:

Monter deux plans, c’est créer un effet grâce à leur rencontre. Un peu comme dans une histoire d’amour: « Que se passe-t-il entre eux deux ? » (…)

Cette habitude de donner du sens à la juxtaposition des plans comme nous le faisons pour les mots et les adjectifs est propre au langage cinématographique et télévisuel et plus généralement audiovisuel. C’est une convention, une sorte de contrat, de règle du jeu qui s’est mis en place progressivement entre le réalisateur et le spectateur.

(« Le langage du cinéma et de la télévision »)

Laurent Jullier indique:

Puisque le spectateur est un être humain génétiquement programmé pour trouver du sens dans tout ce qu’il perçoit de l’environnement (du sens, c’est à dire des relations), faire suivre un plan A d’un plan B est immanquablement vu comme une invitation à trouver ce qui les relie l’un à l’autre.

(« L’analyse de séquences »)

Sans pouvoir assurer de remonter à l’expérience originale réalisée par Koulechov, on cite souvent le comédien Mosjoukine qui aurait été filmé avec une expression « neutre ». Ce plan aurait été ensuite associé à trois autres images. Peut-être les suivantes:

Effet Koulechov 1

Capture d_écran 2018-04-20 à 10.54.46

 

 

Effet Koulechov 2

Capture d_écran 2018-04-20 à 10.54.56

Effet Koulechov 3

 

Capture d_écran 2018-04-20 à 10.55.05

Pour Lev Koulechov, la vérité du cinéma réside dans le collage: c’est comme si le spectateur voyait par les yeux de l’acteur, et construisait du sens entre les 2 images assemblées (et donc reliées) par le montage. Ainsi, un.e spectatrice/teur penserait voir le visage de Mosjoukine refléter trois sentiments différents: l’appétit, le désespoir et le désir.

Dans le cadre des petites leçons de cinéma, un court-métrage revient sur l’effet Koulechov et en propose une version avec une actrice. Une personne regarde dans une direction, et plusieurs questions naissent côté spectatrices/teurs: que regarde-t-elle? comment? pourquoi? quand? où? Dès que le deuxième plan est montré, des éléments de réponse peuvent émerger, avec en plus la prise en compte d’une sixième interrogation: qui est cette personne qui regarde?

La réalisation intitulée « Pas vu pas pris » à propos du raccord regard peut être visionnée en entier. Elle débute par cette succession de plans:

Capture d_écran 2018-04-20 à 10.56.11

Capture d_écran 2018-04-20 à 10.56.26

Capture d_écran 2018-04-20 à 10.56.39

A nouveau, les spectatrices/teurs ont tendance à interpréter l’image en lien à la personne qui regarde… comme si on regardait à travers ses yeux.


Voir aussi une proposition de « Koulechov musical ».

Catégories :Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s